RÉSEAU SOL(ID)AIRE DES ÉNERGIES !

INFORMATION SUR LE NUCLEAIRE
Actualité internationale

2002


G@zette Nucléaire 2002


décembre

· Dossier spécifique Tam-Tam

novembre

· Dossier spécifique Tam-Tam
· Dossier SEISMES: Réseau “Sortir du nucléaire

octobre

· Dossier spécifique Tam-Tam

septembre

· Deux articles (Financial Times et New York Times) sur deux sujets affectant fortement l’électricité nucléaire: la situation de Bristish Energy (toujours en risque de faillite: l’action vient de perdre à nouveau 37.5 % ) et la confiance des Japonais dans TEPCO: ceci ne facilitera pas l’accélération souhaitée du nucléaire par certains…

Le CRILAN résout l’énigme de l’excès de leucémies infantiles
dans la HAGUE, révélé par J.F.VIEL !…

C.R.I.L.A.N.
( Association loi 1901, agréée au titre de l’article L.141-1 du code de l’environnement)
Siège social : 10 route d’Etang-Val 50340-Les Pieux-
TEL : 02 33 52 45 59 – Fax : 02 33 52 53 26
Président : Michel  Frémont
Représentant de l’association dans les commissions de la CSPI de la Hague, du CSM, de la centrale de Flamanville : Didier ANGER

COMMUNIQUÉ : Après la réunion de la Commision-Hague (CSPI) du 26-9-02


Aucun expert  aujourd’hui ne remet plus en cause l’excès des cas de leucémies chez les jeunes entre 0 et 24 ans, dans le canton de Beaumont-Hague, sur la période 78-98. (4 cas constatés contre 2 attendus, 5 en 2001).

Lors de la réunion de la Commission Spéciale et Permanente d’Information de la Hague (CSPI), le 26 septembre dernier, la présidente du Groupe Radioécologie du Nord-Cotentin (GRNC), Annie SUGIER, a présenté les conclusions des travaux du Groupe qui a fait travailler 60 experts pendant 5 ans.

Le volet « Étude des rejets chimiques » a été passé au crible de la modélisation mathématique. On a ainsi appris l’absence quasi-totale de contrôles et de mesures chimiques sur le terrain, le faible état des connaissances scientifiques sur l’écotoxicité des produits utilisés et l’importance préoccupante des rejets de dioxine de l’incinérateur de déchets banals de la COGEMA qui en a annoncé la fermeture. Les problèmes liés à la synergie et à l’additionnalité entre rejets chimiques et radioactifs n’ont pas été discutés pas plus que les effets très controversés des faibles doses…

Autrement dit, le doute et l’incertitude étaient plus que jamais de mise dans l’assemblée.

Pourtant, ils n’ont pas empêché la Présidente du GRNC de conclure, au nom des seuls experts institutionnels, : «Il apparaît peu probable que les rejets des installations nucléaires soient à l’origine de l’incidence élevée des leucémies dans le canton de Beaumont-Hague». À la question de bon sens qui a suivi «Comment alors expliquer le nombre de leucémies plus élevé que prévu?», elle a ajouté : «la piste qui a l’air d’être la plus fortement soutenue est celle du hasard. Si l’on considère que les leucémies peuvent être d’origine virale, il faut aussi regarder de près les conséquences des mouvements de populations dus aux grands chantiers dans la Hague».

 Étrange hasard quand on le retrouve de fait, en Angleterre, à Seascale, à proximité de l’usine de retraitement de Sellafield où l’on a constaté également un excès de cancers infantiles, pendant plusieurs décennies…

En pleine polémique , lors de l’affaire Viel, un éminent élu de la Communauté de communes de la Hague, excédé par la contre-publicité faite à son canton par les travaux de ce scientifique, avait eu cette réflexion : «Pourquoi incriminer l’usine? Si un agrégat de leucémies se découvrait autour d’un château d’eau, penserait-on que ce dernier en soit responsable?»

Et si, pur hasard, le château d’eau de Beaumont-Hague était responsable de cet excès? Après tout, il y a sûrement aussi un château d’eau à Seascale, près de l’usine de retraitement de Sellafield.
    C’est bien connu: le hasard fait bien les choses et en attendant, les études continuent…


Pour le Conseil d’Administration du CRILAN, réuni le 29/9/02, la secrétaire, Paulette ANGER

Source Réseau “Sortir du Nucléaire“, fédération de 613 associations


· Dossier spécifique Tam-Tam
· Source “Boursorama”:

Les quatre plus hauts responsables de la principale compagnie d’énergie du Japon Tokyo Electric Power Company (TEPCO), ont annoncé lundi qu’ils allaient démissionner à la suite d’une dissimulation présumée de rapports sur des fissures dans la structure de ses centrales nucléaires.

Le directeur général Nobuya Minami a déclaré, au cours d’une conférence de presse, que lui-même et le président Hiroshi Arai, ainsi que les deux conseillers de la compagnie, allaient se retirer et que TEPCO présenterait sa nouvelle équipe de direction d’ici la mi-octobre.

 “Nous regrettons profondément cet incident. Il est inexcusable”, a confessé M. Minami.

“En tant que directeur général, ma responsabilité est très lourde, a-t-il dit. “Je demande pardon à toutes les personnes, en particulier celles de la région, à qui nous avons causé d’énormes soucis”.

M. Minami a précisé néanmoins que la décision de TEPCO de ne pas rendre publique la dégradation de ses centrales nucléaires était “une négligence” et il a ajouté que ces malversations avaient “trahi la confiance du public” dans l’entreprise.

TEPCO est sous le feu de la critique depuis que l’Agence de Sûreté nucléaire et industrielle du ministère du Commerce a annoncé jeudi que la compagnie était soupçonnée d’avoir falsifié des rapports d’inspection sur ses centrales nucléaires de la fin des années 1980 et au début des années 1990.

Les 29 rapports concernaient la centrale Kashiwazaki-Kariwa de Niigata et les centrales Numéro 1 et Numéro 2 de Fukushima. Niigata, située à 250 kilomètres au nord de Tokyo, se trouve sur la Mer du Japon et la préfecture voisine de Fukushima, à environ 200 kilomètres au nord-ouest de Tokyo, est située sur l’Océan Pacifique.

Des représentants de l’Agence ont commencé des inspections d’une durée de trois jours des sites du groupe TEPCO lundi après-midi.

Près de cent salariés de TEPCO pourraient avoir été impliqués dans la dissimulation présumée qui remonte à plus de dix ans, selon l’agence de presse Kyodo News citant des sources internes de l’entreprise.

TEPCO a précisé mener actuellement une enquête interne et projette d’interrompre le fonctionnement de ses centrales de Niigata et Fukushima.

Un porte-parole de TEPCO a refusé de confirmer les informations du Nikkei.

juillet-août

Dès sa déclaration de politique générale du 3 juillet dernier, le premier ministre Jean-Pierre Raffarin a déclaré : “…”

?!?!?!

 La couleur est donc annoncée d’avance: grâce à ce débat sur l’énergie, il s’agit juste pour le gouvernement d’une vaste opération de communication destinée à légitimer la relance du nucléaire en France contre l’avis d’une majorité de l’opinion publique
· Dossier spécifique Tam-Tam

juin

· Dossier spécifique Tam-Tam

mai

· Dossier spécifique Tam-Tam

avril

· Le nucléaire US rongé de l’intérieur
(Pierre Vanek, CONTRATOM , Genève, avril 2002)


Le New York Times du 26 mars annonce que les opérateurs de toutes les centrales atomiques des USA ont reçu l’ordre de vérifier d’urgence les couvercles des cuves de leurs cocottes à plutomum. Terrorisme ? Non, mais on vient de découvrir – par hasard lors de travaux d’entretien – qu’un réacteur, âgé de 25 ans «seulement», à Davis-Besse (Ohio), avait vu son couvercle rongé par de l’acide dans l’eau de refroidissement au point qu’il ne restait qu’un demi-pouce d’acier inox intact sur les six pouces d’épaisseur.

Derrière cette faible barrière, une pression d’eau de 2200 livres par pouce carré, qui avait déjà déformé la mince couche d’acier restant. La Nuclear regulatory commission (NRC) a demandé aux exploitants des dizaines de réacteurs du même type de rendre rapport pour le début d’avril afin de déterminer s’ils sont «assez sûrs» pour rester en service.

Selon des experts cités par le NY Times, si le couvercle avait été percé, on aurait pu voir une situation de perte d’eau de refroidissement, avec des dégâts au coeur du réacteur et une fusion possible de celui-ci entraînant des rejets radioactifs «conséquents»…

Une corrosion de ce type n’avait «jamais été considérée comme une possibilité crédible» (sic!) selon Brian Sheron l’un des directeurs de la NRC. Le remplacement du couvercle en question est en outre problématique, l’opération n’ayant pas été prévue au moment de la conception de l’installation.

Le NY Times indique qu’il faudra sans doute pour le moins des arrêts de plusieurs semaines pour contrôle des réacteurs suspects et que de tels arrêts de contrôle sont devenus «extrêmement rares» par rapport à ce qui se faisait dans les années 70 et 80.


· Dossier spécifique Tam-Tam

mars

· Dossier spécifique Tam-Tam

février

· Dossier spécifique Tam-Tam
· Source T-T:Eduardo Goncalves, journaliste portugais, dans The Ecologist de déc./janvier:


 “Anxieux quant à l’anthrax? Terrifié par le bio-terrorisme? Epouvanté que nos réserves d’eau puissent être contaminées par un psychopathe ou nos aliments par un scientifique fou?

 Relax! Nos gouvernements le font depuis des années! Je parle des ces officiels à Londres et à Washington qui ont trouvé génial d’irradier secrètement des populations entières afin d’en voir (étudier, disent-ils) les effets sur les gens et l’environnement. Et si vous croyez que c’est un de ces excès de la guerre froide qui ne pourraient plus survenir aujourd’hui, détrompez-vous… Sachez qu’ils sont toujours permis – sans le consentement et dans l’ignorance de tout un chacun -.

Tout a commencé avec le Projet Manhattan (La Belgique a participé au Manhattan Project en fournissant aux Américains l’uranium du Congo belge.) de produire une arme irradiante pour l’opposer à la bombe atomique, trop destructrice. “Ceci”, ont-ils imaginé, ne serait pas seulement rapide et plus facile à développer, mais cela pourrait totalement paralyser l’ennemi en contaminant leurs villes et en instillant la peur chez l’adversaire. Le “maitre” du projet, Robert Julius Oppenheimer, racontait à ses collègues qu’il voulait une arme à base de strontium pouvant empoisonner assez la nourriture pour tuer un demi million de gens. Si ceci vous fait penser à des événements récents, sachez que ce matériel peut être transporté par quelques avions et largué sous la forme de comprimés, sur des centres de population denses. Comme cela n’affecte aucun de nos cinq sens, la population ignorerait l’attaque jusqu’au moment de nausées ou d’autres symptômes d’irradiation excessive.

Où donc les terroristes vont-ils chercher l’inspiration? D’eux (les “scientifiques fous”) il me semble, et il y a déjà quelque temps que j’y songe. Même après la guerre, après la destruction réussie d’Hiroshima et de Nagasaki par des bombes atomiques (ndlr: qui était à l’époque ce Ben Laden, sinon l’Amérique?). “Ils” (compris la France et la Grande-Bretagne) continuèrent à fabriquer et à “perfectionner” l’arme nucléaire. Mieux, en 1948 une unité secrète “Top Secret” du “Defence Research Policy” nommée “Crop Cormnitee” fut créée pour rechercher une méthode de destruction des seules plantes et cultures. Ses neuf membres, dont le Chairman F.T.Brooks, ont conclu que “pour contaminer une surface de 1.000 kilomètres carrés il faudrait une activité de 107 curies, ce qui est aisément atteignable. Même aux Etats-Unis, où le développement de la bombe à hydrogène progressait, des “scientifiques” du gouvernement, tel le docteur Joseph Hamilton planchaient sur un brouillard radioactif résultant d’explosions nucléaires en mers ou rivières qui contamineraient villes et provisions alimentaires de l’ennemi. Quelques sites contaminés le seraient en quelques heures et le resteraient pour des jours ou des années. Tout survivant ignorerait s’il est atteint et dans combien temps il le serait. Cette incertitude est plus horrible que la mort. Les tests ont été très rapidement entrepris et la présence de populations locales n’était pas un problème.

Entre 1949 et 1952, 65 essais dans le ciel de l’Utah relâchèrent des milliers de curies de Tantale 182 (demi-vie 114, jours, rayonnements alpha, b et X) sous forme de poussières, petites particules et granulés. Dans le Bayo Canyon, à quelques milles des laboratoires atomiques de Los Alamos pratiquement 250 tests atomiques au départ de Lanthane 140 (demi-vie 1,67 jours, rayonnements alpha et b ) ont continué jusqu’en 1961. Chaque explosion relâchait un nuage de quelque 1.000 curies qui dérivait vers les communautés indiennes et espagnoles proches de Pueblo.


janvier

· Dossier spécifique Tam-Tam
· L’énergie solaire résiste bien aux cyclones!
En 1989, en Guadeloupe, le cyclone HUGO l’avait démontré, DINA vient de le confirmer à La Réunion: malgré des vents qui ont dépassé 250 km/h, les chauffe-eau solaires et autres installations photovoltaïques n’ont pas trop souffert, alors que les dégâts sont, par ailleurs, très importants…
· Collectifs BURE-Stop (52, 54, 55 et 88): Bure disqualifiée pour l’enfouissement des déchets nucléaires !